Pastourelle

une parole parmi tant d'autres, mais une parole quand même

 

Confesse ta foi – 24 novembre 2013 9 décembre 2013

Classé dans : Prédications — pastourelle @ 18 h 57 min

Colossiens 1, 12-20; Luc 23, 35-43

Lors du dernier synode régional, j’ai acheté le DVD Luther. Ce film n’est pas récent, il date de 2003, mais je l’ai découvert la semaine dernière. Vous l’avez compris ce film retrace l’histoire de Martin Luther, il a comme sous-titre : la vision d’un homme a changé le monde… un sous-titre au parti prix affiché ! Luther a fait vœu de donner sa vie à Dieu par peur : un jour, il est pris dans un orage violent sur la route et fait un pacte avec Dieu : si tu me laisses la vie sauve, je me consacre à toi. Voilà comment Luther entre dans les ordres.

Vous connaissez ses thèses affichées en 1517 sur les portes de l’Eglise de Wittenberg. C’était sa manière d’affirmer sa foi, de confesser sa foi car même si en apparence ses 95 thèses n’abordent que la question des indulgences, vous savez, ces bouts de papier qu’il faut acheter pour sauver son âme ou l’âme d’un proche bloqué au purgatoire, en fait, ces thèses bouleversent en profondeur le système de pensée et de croyance de l’époque.

Avec ses thèses, Luther fait s’écrouler la solide construction de l’Eglise catholique qui n’était finalement bâtie que sur le pouvoir et l’argent et surtout sur le pouvoir de la peur.

 

Voilà donc Luther qui pour combattre tout cela et ouvrir les yeux de ses contemporains va afficher sa foi. Aujourd’hui, les textes qui nous sont proposés à la lecture sont également des confessions de foi. Chacun dans son style, mais ce sont des péricopes où les uns et les autres n’ont pas peur d’affirmer en quoi ils croient.

 

Paul, dans sa lettre adressée aux chrétiens de Colosses a comme objectif de réaffirmer les principes fondamentaux de la foi au Dieu de Jésus-Christ. Paul a l’habitude d’utiliser des tournures de phrases complexes qui nécessitent une certaine concentration pour en saisir le sens.

Dans cette Epitre et en particulier dans les quelques versets que nous venons de lire, j’ai l’impression que tout se complique encore. Paul part dans des considérations cosmiques assez obscures à première lecture.

Le théologien du début du 20ème siècle, Pierre Theilard de Chardin a eu cette phrase à propos de cette Epitre aux Colossiens : « Nous y saisissons les splendeurs organiques et cosmiques incluses dans la doctrine paulinienne du Christ récapitulant toutes choses ».

 

Mais pourquoi Paul s’est-il laissé aller à de telles considérations ? Et bien tout comme Luther a fait le choix de traduire la Bible en allemand pour que ses contemporains puissent s’en emparer (l’exemple des 95 thèses n’est pas bon puisqu’il les a rédigées en latin) et bien Paul fait de même pour se faire comprendre de ses lecteurs : il utilise le même langage que les habitants de Colosses, langage marqué par la gnose.

 

Mais avant de parler de gnose, savez-vous où se trouve Colosses ? A l’époque, c’était la Phrygie, aujourd’hui, c’est la Turquie. Colosses est devenue la ville d’Honaz au sud-ouest du pays. A l’époque, dans cette région, se développait des philosophies étranges, des mysticismes obscurs. C’est ainsi que s’est développée une certaine gnose à Colosses. Gnose vient du grec gnosis : la connaissance. Les gnostiques cherchent à connaitre, à comprendre et ils cherchent en particulier à comprendre le divin. Ils spéculent sur les éléments du monde, ces éléments, ce sont les forces astrales et cosmiques du monde grec mais également les anges de la théologie juive. Ils croient aux forces et aux puissances célestes qui engendrent un certain déterminisme : puisque dans les astres tout est écrit, tout peut être dévoile. Toute cette réflexion a pour but le salut, son obtention.

 

Epaphras qui enseigne et annonce l’Evangile à Colosses a alerté Paul sur ces dérives qui doivent toucher quelques chrétiens de Colosses et c’est pourquoi Paul va utiliser les termes de la gnose pour convaincre les chrétiens de l’inutilité de ces philosophies et que le salut n’a rien à voir avec ces réflexions et tentations de compréhensions cosmiques. Paul veut rassurer les chrétiens de Colosses sur leur identité religieuse et c’est pourquoi il prononce cet hymne sur Jésus. En français le texte est très linéaire, sans vraiment d’effet de style, mais en grec il s’agit d’une belle prose, un hymne de louage savamment rédigé. C’est un beau texte, mais d’une grande complexité.

Lorsque Jésus a demandé à ses disciples : « Qui dites-vous que je suis ? », je pense que jamais il n’aurait imaginé une telle réponse !

 

Je vais vous relire ce texte en ajoutant les 2 petits mots qui ont été séparés dans le découpage des versets et qui pourtant apporte une autre coloration à ce passage :

AVEC JOIE, 12rendez grâce au Père qui vous a rendus capables d’accéder à la part d’héritage des saints dans la lumière. 13Il nous a délivrés de l’autorité des ténèbres pour nous transporter dans le royaume de son Fils bien-aimé, 14en qui nous avons la rédemption, le pardon des péchés.

15Il est l’image du Dieu invisible,

le premier-né de toute création ;

16car c’est en lui que tout a été créé

dans les cieux et sur la terre,

le visible et l’invisible,

trônes, seigneuries,

principats, autorités ;

tout a été créé par lui et pour lui ;

17lui, il est avant tout,

et c’est en lui que tout se tient ;

18lui, il est la tête du corps — qui est l’Eglise.

Il est le commencement,

le premier-né d’entre les morts,

afin d’être en tout le premier.

19Car il a plu à Dieu de faire habiter en lui toute plénitude

20et, par lui, de tout réconcilier avec lui-même,

aussi bien ce qui est sur la terre que

ce qui est dans les cieux,

en faisant la paix par lui,

par le sang de sa croix.

 

Qu’est-ce que Paul essaie de faire passer comme message aux colossiens ? Il rentre en dialogue avec les tendances gnostiques des chrétiens. Il ne démonte pas ces pseudos croyances, mais il va entrer dans le jeu en reprenant à son compte la dimension cosmique. Tout comme il l’a fait à Athènes en partant du culte des idoles des habitants pour intégrer Dieu comme le Dieu inconnu vénéré par les athéniens.

Face aux colossiens, Paul affirme que Christ est un Christ cosmique qui est au-dessus de tout : au-dessus des astres, au-dessus des autorités, des puissances. Il est premier, premier né, tenant le premier rang. Cette primauté trouve sa raison dans le fait qu’il a plu à Dieu de faire habiter en Jésus toute la plénitude. La plénitude dont parle Paul c’est le trésor de la sagesse et de la connaissance.

En d’autres termes, Paul dit aux colossiens : ne cherchez pas à vous remplir la tête d’idées mystiques, philosophiques, astrologiques. Vous n’avez pas besoin de tout cela puisque vous avez tout ce dont vous avez besoin en Christ : il est au-dessus de tout, il est à l’origine de tout.

Par Christ, l’humanité est réconciliée. Mieux encore : terre et cieux sont réconciliés : tous les êtres humains sont réconciliés entre eux, mais également avec le Père. L’unité du monde n’est pas un fol espoir, elle est une espérance théologique.

 

Paul a parlé avec ses mots, dans le langage des colossiens. Le second larron lui aussi n’a eu que ses mots pour ouvrir un instant d’espérance dans sa vie de malfaiteur. Bien sûr, on se dit que c’est facile de se tourner vers Dieu au dernier moment. Et pourtant, Jésus nous l’a bien enseigné dans sa parabole des ouvriers de la 11ème heure : toutes les conversions ont la même importance aux yeux de Dieu. Certainement le larron qui se tourne vers Jésus avec espérance aurait préféré le rencontrer plus tôt : sa vie aurait été changée radicalement et certainement n’aurait-il pas fini cloué sur une croix.

 

Paul et les colossiens tentaient de confesser leur foi dans des sociétés qui n’étaient pas christianisées et nous, que faisons-nous dans notre société déchristianisée ? Nous nous cachons souvent derrière la laïcité à la française pour prétexter que nous ne pouvons rien faire et donc, nous ne faisons rien !

Et pourtant, il y a du travail, il y a bien assez de travail pour chacun.

Aujourd’hui beaucoup de nos concitoyens sont perdus. Ils sont un peu comme ces colossiens noyés dans des centaines de propositions philosophies, mystiques, spirituelles. Et pourtant, nous avons un message clair, on peut même dire très simple, puisqu’en Jésus Christ nous avons tout !

Ne soyez pas frileux : dites autour de vous que vous êtes chrétiens, que vous venez au culte, sans plus. Ce n’est en rien du prosélytisme, c’est un constat : le dimanche matin pour vous, ce n’est pas entrainement de foot, c’est culte … c’est ainsi ! Et ne vous excusez pas en annonçant cela.

Je peux vous dire avec assurance et par expérience que vous rendrez service à vos collègues, amis, coéquipiers de sport. Car pour la plupart vous leur rendrez service. Combien sont-ils à se poser des questions existentielles, sur Dieu, sur la foi mais ne trouvent jamais quelqu’un à qui les poser ? Combien s’imaginent que les chrétiens sont déphasés, d’un autre siècle, combien ont des clichés sur les Eglises, des fantasmes entretenus car nous nous taisons ?

 

Dire que le dimanche matin est réservé au culte c’est un énorme témoignage pour beaucoup de nos contemporains. Et n’ayez pas peur de ne pas avoir les réponses aux questions posées. Parlez avec votre cœur, parlez avec leur langage. C’est d’ailleurs en étant confronté à ces questions que la foi s’affermit, se formalise en mot.

Ce n’est pas la peine de faire un hymne paulinien pour affirmer sa foi. Je vous invite d’ailleurs à relire les thèses de Luther : il a fait preuve de beaucoup d’humour et de dérision dans ce document… mais à l’époque l’Eglise catholique n’avait pas beaucoup d’humour !

 

Noel approche, la semaine prochaine, nous entrons dans le temps de l’Avent. Nous critiquons souvent ce temps où nos contemporains ont perdu le vrai sens de la fête. Mais si nous ne leur faisons pas découvrir/redécouvrir ce sens, ils ne pourront pas l’inventer !

Profitons de ce temps pour rappeler que pour nous Noel, c’est la naissance de Jésus, ce fils que Dieu a donné à l’humanité par amour. Un Messie, un Roi, un serviteur qui nous fit vivre. Et cette espérance, nous souhaitons qu’elle soit vécue par le plus grand nombre.

Voilà, vous avez votre mission pour le mois à venir… au travail frères et sœurs et que Dieu nous soit en aide ! Amen.

 

Commenter

 
 

Youssef ALLOUCHA |
Hassan al Banna |
école islamique |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Procuresdbate
| Greencoffee
| sac lancel