Pastourelle

une parole parmi tant d'autres, mais une parole quand même

 

Revêtez les armes de lumière – 1er décembre 2013 9 décembre 2013

Classé dans : Prédications — pastourelle @ 19 h 01 min

Esaie 2, 1-5; Romains 13, 11-14; Matthieu 24, 37-44

Voila, nous y sommes, nous entrons dans ce temps particulier, celui de l’Avent. Un temps qui se veut joyeux, festif puisqu’il annonce les préparatifs de la fête de Noël. Vous l’avez constaté, le Marché de Noël a ouvert ses portes aujourd’hui même vers la fontaine des éléphants. Et puis, le 1er jour de l’Avent sonne également le démarrage de la confection des bredele, ces fameux petits gâteaux de Noël alsaciens. Un temps mis à part, un temps comme suspendu… Mais c’est également un temps plus méditatif, un temps d’attente comme nous y invite le livre d’Esaie qui nous annonce un temps à venir et qui nous nous qu’en attendant, il nous faut marcher à la lumière du Seigneur.

 

Vous savez certainement que les 4 dimanches de l’Avent ont chacun un hème. Le premier, aujourd’hui, c’est la venue du Christ ; le 2ème et le 3ème mettent à l’honneur Jean-Baptiste qui a préparé la venue de Jésus ; et enfin, le 4ème, juste avant Noël, nous permet d’aborder la figure de Marie.

 

Le terme Avent vient du latin Adventus qui signifie la venue. Et c’est là qu’une certaine ambiguïté s’installe. Car cette venue c’est celle de Jésus en son temps, la naissance de Jésus que nous fêterons à Noël. Mais la venue, c’est aussi celle qui est annoncée dans les Evangiles comme un retour du Christ. C’est de ce retour dont il est question dans l’Evangile lu ce matin et dans la lettre de Paul aux Romains. Paul est dans une certaine urgence eschatologique. Pour lui, le retour du Christ est imminent et il est urgent d’adopter une vie spirituelle personnelle irréprochable. Cela passe en particulier par la mise en œuvre du commandement d’amour qui est abordé précédemment dans l’Epitre. Un commandement qu’il est nécessaire de mettre en pratique car il est in accomplissement  de la loi.

Il est urgent, comme il le dit, de rejeter les œuvres des ténèbres, de revêtir les armes de la lumière. Pour utiliser un langage plus contemporain : il est temps de changer de comportement, il est temps de laisser derrière nous tout ce qui nous éloigne de Dieu, tout ce qui nous empêche de vivre pleinement ce commandement d’amour.

 

Jésus aussi nous invite à changer de comportement, mais surtout à nous tenir prêt. Les paroles de Jésus relatées dans l’Evangile de Matthieu ne sont pas faciles à entendre. Surtout lorsqu’il nous dit que nous sommes dans la même situation que les contemporains de Noé qui ont tous été exterminés par la main de Dieu ! Il faut dire qu’ils n’ont pas été prévenus de ce qui les attendait… peut-être auraient-ils changé de comportement si on leur avait rappelé quelques fondamentaux du vivre ensemble et de la foi en Dieu…

D’ailleurs, Dieu qui avait fait la promesse à Noé de ne plus détruire l’humanité a agi d’une autre façon avec les habitants de Ninive. Il a misé sur la prévention en envoyant Jonas leur parler : « Encore 40 jours et Ninive sera détruite ». Et avec ce laps de temps, tous les habitants de Ninive eurent le temps de convertir leur cœur, de mettre leur foi en Dieu… et « Dieu renonça au mal qu’il avait parlé de leur faire, il ne le fit pas. »

 

Et bien je crois que nous sommes plus exactement dans la situation des ninivites : nous sommes prévenus, alertés. Effectivement, nous ne savons pas le jour où le Seigneur reviendra. Mais décidons-nous de faire sa volonté par peur du jugement dernier ? Honnêtement, j’espère que ce n’est pas cette ultime échéance qui nous motive ! La peur est très mauvaise conseillère.

D’ailleurs, les conditions dans lesquelles les évangélistes et Paul ont rédigé leurs textes sont assez différentes d’aujourd’hui : ils étaient encore dans l’attente plus qu’imminente du retour de Jésus, mais le temps passant, il a fallu se faire à l’idée que ce retour n’allait pas être pour tout de suite… Il allait falloir continuer à vivre dans ce monde bien que n’étant pas du monde.

Aujourd’hui, la conception du jugement dernier à tendance à s’adoucir. Si Dieu a donné son fils, est-ce vraiment pour que certains soient perdus tout de même ?? Je ne l’espère pas !

 

Paul et Jésus nous invitent dès aujourd’hui à vivre en enfants de Dieu, en enfants de lumière. Cette thématique de la lumière, nous la retrouvons dans le texte d’Esaie : « Marchons à la lumière du Seigneur ». Laissons-nous guider par cette lumière qui nous extirpe des ténèbres dans lesquelles nous avons tendance à nous enfoncer lorsque nous ne sommes pas vigilants… ces ténèbres ce sont toutes ces petites choses qui nous éloignent de Dieu et des autres et qui finalement noircissent notre vie.

 

Paul aussi parle de lumière dans une thématique un peu plus guerrière puisqu’il nous invite à revêtir les armes de la lumière. Cette symbolique d’endosser de nouveaux vêtements nous fait penser au baptême à la suite duquel nous revêtons de nouveaux habits. Je vous rappelle les propos de Paul dans sa lettre aux Galates : vous tous, en effet, baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ » (Gal 3, 27) et dans sa lettre aux Ephésiens : « 22il s’agit de vous défaire de l’homme ancien qui correspond à votre conduite passée et qui périt sous l’effet des désirs trompeurs, 23d’être renouvelés par l’Esprit dans votre intelligence 24et de revêtir l’homme nouveau, qui a été créé selon Dieu dans la justice et la sainteté que produit la vérité. » (Eph 4, 22-24)

Mais dans ce passage de l’Epitre aux Romains, Paul n’invite pas au baptême, mais à la conversion du cœur et de l’esprit.

 

La lumière nous en entendons parler durant ce temps de l’Avent. C’est vrai que c’est durant ces jours que nous affrontons les jours les plus courts… les nuits sont longues et nous avons d’autant plus soif de lumière. C’est donc tout un symbole que Noel, la naissance de Jésus qui nous tire des ténèbres vers la lumière soit célébrée à cette date du 25 décembre, jour du solstice d’hiver.

Même si, vous le savez certainement, cette date était anciennement celle d’une fête païenne. C’était la fête du solstice d’hiver, de la victoire de la lumière sur les ténèbres, la renaissance du soleil.

Mais figurez-vous que la date du solstice d’hiver le 25 décembre est due à une erreur d’un astronome qui a aidé à la mise en place du calendrier julien… il s’est trompé de quelques jours. Et vous pourrez remarquer sur vos calendriers que le solstice d’hiver fluctue effectivement entre le 21 et le 22 décembre, mais jamais le 25 !

D’un autre côté nous ne sommes pas à approximation près. Vous le savez, Jésus n’est pas né en l’an 0 et certainement pas un 25 décembre ! Mais ce ne sont pas ces détails qui font la foi ! C’est ce que cet événement nous apporte : la lumière dans notre nuit, la lumière dans les parties les plus obscures de notre vie. C’est ce don qui nous est fait par notre Dieu qui nous fait vivre, qui nous fait croire. Ce Dieu qui nous aime tellement qu’il nous a donné son fils unique sous la forme d’un nouveau-né, puis d’un homme qui est venu partager notre humanité ! Et aujourd’hui encore nous voulons profiter de ce temps de l’avent pour nous rappeler de cette incroyable aventure, de cet évènement extraordinaire et pourtant tellement humain : la naissance d’un nouveau-né parmi les siens, accueilli par sa famille.

C’est de cela qu’il faut se rappeler alors je vous souhaite un très bon temps de l’avent, dans l’attente de la naissance, dans l’attente de la fête !

Amen.

 

Commenter

 
 

Youssef ALLOUCHA |
Hassan al Banna |
école islamique |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Procuresdbate
| Greencoffee
| sac lancel