Pastourelle

une parole parmi tant d'autres, mais une parole quand même

 

Se laisser désaveugler – 4 mai 2014 4 juin 2014

Classé dans : Prédications — pastourelle @ 9 h 05 min

Actes 2, 14-33; Luc 24, 13-35

Nous voici arrivés dans un temps important de la vie de l’Eglise : entre Pâques, l’Ascension et Pentecôte. C’est à ce moment-là que se joue l’histoire du Christianisme, à ce moment que tout aurait pu basculer et d’ailleurs que tout a basculé dans la vie de milliers d’hommes et de femmes. C’est aussi ce moment clé de l’histoire du Christianisme qui fait que nous sommes aujourd’hui rassemblés dans ce temple. Ce sont aussi de nombreux sentiments qui sont en jeu : avec Pâques, tout d’abord, l’abattement, puis la détresse, le dépit, l’abandon, mais enfin la joie et l’allégresse. Avec l’Ascension, une certaine forme de sérénité, mêlée à un peu de nostalgie. Enfin, avec la Pentecôte, c’est la confiance et l’espérance qui prennent le dessus.

A chaque étape, à chacun de ces temps forts, tout aurait pu basculer, tout aurait pu se terminer et pourtant, la foi a été la plus forte.

A Pâques, les disciples auraient pu rester aveuglés, pétrifiés dans leur enfermement, au figuré comme au propre, mais ils ont ouvert les yeux et c’est bien ce qu’illustre le récit des pèlerins d’Emmaüs.

Oui, après la mort du Christ, tout aurait pu s’arrêter net, les disciples auraient pu partir chacun de leur côté et recommencer leur vie. C’est peut-être ce qu’était en train de faire ces 2 disciples en route vers Emmaüs. Ils sont attristés, désespérés, c’est d’ailleurs ce qu’ils partagent avec cet homme, cet inconnu qui les a rejoint : oui, tout est fini, il faut repartir à zéro. Ils avaient mis toutes leurs espérances en cet homme, dans ses discours, ses prises de positions audacieuses. Oui, ils pensaient que le Royaume s’était approché avec cet homme qui était entré dans leur vie. Mais il leur faut se rendre à l’évidence : tout n’était que feu de paille !

Bien sûr, ils n’ont pas reconnu cet homme. Ils étaient aveuglés par leur tristesse, par leur désillusion, et ils n’ont pas reconnu celui avec qui ils avaient passés les 3 dernières années.

Comment ont-ils pu ne pas le reconnaître ?

S’étaient-ils à ce point laissés aveugler par leur désespérance qu’ils n’ont pas été en capacité de reconnaitre Jésus ? Ou Jésus était-il vraiment méconnaissable ? Finalement, peu importe, ce qui compte est peut-être que les disciples aient pu se livrer, s’épancher… Vous savez comme parler peut être libérateur !

 

Le second texte nous amène au jour de Pentecôte. Pour les juifs, c’est la fête de la moisson, 50 jours après la Pâque, la fête du pain sans levain, le rappel de la fuite d’Egypte, de la fin de la servitude et donc le début de la liberté pour le peuple d’Israël.

Le jour de la Pentecôte symbolise la fin de la moisson du froment et à cette occasion, il était de coutume de confectionner 2 pains de froment nouveau pour les offrir en offrande. C’est aussi ce jour-là que les juifs célèbrent le don de la loi, des 10 commandements à Moise. A la Pentecôte, on ne travaille pas et le mieux pour célébrer cette fête est de monter à Jérusalem, au Temple.

Alors, imaginez la foule présente ce jour-là et témoin des événements relatés dans le livre des Actes : quand tous ces juifs pieux ont entendu ces hommes parler toutes les langues, ils se sont moqués : à 9h du matin, les disciples de Jésus, celui qui est mort sur la croix, sont déjà tous imbibés d’alcool. Mais il faut les comprendre : depuis qu’ils se sont rendus compte que ce Jésus n’était qu’un imposteur qui s’est servi d’eux, ils ne sont plus dans leur état normal, la preuve : ils se sont réfugiés dans l’alcool.

 

Bien évidemment, les juifs qui assistent à ce spectacle ne peuvent imaginer ce qui s’est réellement passé. Ils ne reconnaissent pas l’action de Dieu sur les disciples de Jésus. Sans le discours de Pierre, les disciples seraient passés pour des fous.

 

Et le discours de Pierre s’appuie sur des choses que les juifs connaissent très bien : les paroles de la Torah. Car si le Christ était annoncé dans les Ecritures, ce jour de Pentecôte, ce don de l’Esprit était aussi annoncé par les prophètes et en particulier par le prophète Joel :

Après cela je répandrai mon Esprit sur toute chair. Vos fils et vos filles prophétiseront, vos anciens auront des songes, vos jeunes gens, des visions.

Même sur les esclaves, hommes et femmes, en ces jours-là, je répandrai mon Esprit. Je produirai des signes dans le ciel et sur la terre, sang, feu, colonnes de fumée! » Le soleil se changera en ténèbres, la lune en sang, avant que ne vienne le jour de Yahvé, grand et redoutable! Tous ceux qui invoqueront le nom de Yahvé seront sauvés, car sur le mont Sion il y aura des rescapés, comme l’a dit Yahvé, et à Jérusalem des survivants que Yahvé appelle.

Comment ces juifs si pieux n’ont-ils pas reconnu tout de suite les signes de Dieu ? N’ont-ils pas imaginé une seconde que tout cela était dû à l’Esprit de Dieu ?

 

Oui, la question qui domine ces 2 textes (le discours de Pierre et les pèlerins d’Emmaüs) est bien celle de l’aveuglement puis de la reconnaissance.

Comment passer à côté de Jésus, comment cheminer à ses côtés sans même le reconnaitre ? Comment ne pas reconnaître les prodiges du Seigneur ? Comment ne pas les accepter ?

 

Le message de Pierre est clair : vous qui n’avez pas cru en Jésus, malgré tous les signes, les miracles et les nombreuses guérisons, vous avez à nouveau la possibilité de mettre votre espérance dans le Dieu de Jésus-Christ en étant témoins des évènements de la Pentecôte. Le message de Pierre ne restera pas lettre morte puisque 3000 personnes vont se convertir parce qu’enfin, elles ont reconnu les signes de Dieu.

 

Pour nous, 2000 ans après tous ces évènements, il est facile de critiquer les disciples aveuglés ou de porter des jugements sur ces juifs moqueurs du don de l’Esprit. Mais de quelle façon aurions-nous réagi ? Et comment réagirions-nous aujourd’hui devant de tels signes ? On nous a peut-être appris à être trop méfiants, à ne pas faire confiance à des choses ou à des personnes un peu trop exubérantes. Et c’est vrai qu’avec toutes les sectes qui fleurissent et tous ces gourous manipulateurs, il y a de quoi être méfiant.

Mais il est nécessaire de garder une part de confiance et d’émerveillement, de ne pas rester hermétiques devant les signes quotidiens de Dieu, vous savez tous ces petits signes que l’on peut qualifier de clin Dieu… Il est important de ne pas se retrouver avec l’attitude de ces 2 disciples persuadés que tout est fini, car nous, nous le savons : rien n’est fini, tout continue !

 

Bien sûr, nous n’assistons plus à des Pentecôtes aussi impressionnantes, bien sûr nous ne cheminons plus avec Jésus à nos côtés… quoique, il continue de cheminer à nos côtés, mais pas de la même manière. Mais notre espérance et notre confiance nous permettent de voir dans des petits riens des signes de Dieu. Et quelle extraordinaire joie de pouvoir se dire que même si Christ n’est plus avec nous physiquement, le Saint Esprit a été répandu sur chacun d’entre nous, nous permettant d’entrevoir ces signes, de discerner la présence de Dieu au milieu de nous, pour nous.

 

Mais cette joie, il nous faut la partager, il nous faut la transmettre : elle n’est pas destinée à demeurer une joie égoïste pour le bonheur de quelques-uns. Bien sûr nous n’avons peut-être pas le charisme de Pierre, son éloquence, sa prestance, mais ce qui est sûr, c’est que nous avons tous reçu un don, un don de l’Esprit, un charisme particulier qu’il nous faut mettre au service de notre Seigneur. Et rappelons-nous de ces paroles de l’Evangile : la moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers. Oui, la tâche est dure, longue, laborieuse, mais quelle plus grande joie de partager avec le plus grand nombre la bonne nouvelle de l’Evangile. Alors, mettons-nous à l’ouvrage : tout en gardant les yeux grands ouverts et en évitant l’aveuglement borné, le rationalisme trop strict… oui, en route peuple de Dieu !

Amen.

 

 

Commenter

 
 

Youssef ALLOUCHA |
Hassan al Banna |
école islamique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Procuresdbate
| Greencoffee
| sac lancel