Pastourelle

une parole parmi tant d'autres, mais une parole quand même

 

Comme les mages – 10 janvier 2016 – Epiphanie 16 février 2016

Classé dans : Prédications — pastourelle @ 11 h 10 min

Matthieu 2, 1-12

Non, vous ne rêvez pas, c’est bien le texte de dimanche dernier que nous avons repris pour ce culte commun. La raison en est tout simplement le sujet de réflexion des catés hier et des enfants de l’école biblique aujourd’hui. Pour une fois, nous collons presque à l’année liturgique. Les enfants sont en train de découvrir l’importance du don dans ce récit, mais également dans d’autres textes du Nouveau Testament.

Ils vont partager une galette un peu particulière, en carton! Chacun tirera un don de l’esprit tel que définit dans l’épître aux Galates : « l’amour, la joie, la paix, la patience, la bienveillance, la bonté, la fidélité, 23la douceur et la maîtrise de soi. » 

Et je crois que les jeunes du caté ont abordé l’histoire des savants sous l’angle historico-critique… Car finalement, que savons-nous de ceux qui sont à l’origine de nos galettes et autres brioches des rois.

 

Des savants, une étoile, des présents, un roi jaloux… Ah, c’est sûr que si l’événement s’était produit de nos jours, nous aurions eu toutes les chaines d’information en continu sur le coup et des interviews à n’en plus finir!

« Quand avez-vous vu cette étoile pour la 1ère fois? »

« Etes-vous sûrs que c’est bien vers l’occident qu’il faut aller? »

« Quelles chaussures/montures avez-vous choisi pour parcourir ce long trajet? »

« De notre envoyé special au palais d’Hérode: 3 hommes étrangers sont arrivés pour s’entretenir avec notre bon souverain. Nous attendons leur sortie pour en savoir plus… Ah, les voila qui sortent, ils regardent vers le ciel, effectivement, on peut déceler une étoile… Nous allons les suivre avec les savants »

 

Effectivement, nous aurions eu beaucoup plus de détails, certains croustillants, d’autres totalement insignifiants. On aurait su leur nombre, leurs noms, leur provenance (l’Orient, c’est grand). Mais finalement, les détails sont-ils vraiment importants?

Depuis 2000 ans, nous avons comblé les trous qui nous posaient souci: 3 « rois mages » depuis le 3ème siècle; des prénoms: Gaspard, Melchior et Balthazar au 6ème siècle. Et au 13ème siècle, on dresse leur portait dans la légende dorée: « Le 1er des mages s’appelait Melchior c’était un vieillard à cheveux blancs, à la longue barbe; Le second, nommé Gaspard, jeune, sans barbe, rouge de couleur; Le 3ème, au visage noir, portant toute sa barbe, s’appelait Balthazar »

 

Des détails, nous en avons dans l’Evangile, il s’agit des présents offerts à l’enfant: de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Est-ce que Matthieu était conscient de la portée symbolique de ces présents ou les a-t-il signifié parce que pour lui, ces offrandes étaient d’une richesse inestimable? Les Pères de l’Eglise vont insister sur ces significations qui dévoilent la personnalité, l’être de Jésus: l’or, c’est la Royauté; l’encens, c’est celui qu’utilisaient les prêtres lors des offrandes à Dieu, il peut donc faire référence à la dimension sacerdotale de Jésus ou à sa divinité; enfin, la myrrhe était un parfum utilisé pour embaumer les morts et peut faire référence à l’humanité de Jésus. Avec ces 3 présents, on découvre donc un Jésus Roi, Dieu mais aussi pleinement Homme.

 

La venue des mages/savants dans l’Evangile aurait pu demeurer de l’ordre du détail, avec si peu de précision, nous aurions pu l’oublier. Mais nous ne pouvons pas, non seulement pour la portée symbolique de cette visite, mais aussi et surtout pour ce qui s’en est suivi: le massacre des innocents, la tuerie des enfants juifs commanditée par un roi fou, métallo et jaloux qui avait peur d’un nouveau-né. Non, nous ne pouvons pas oublier ces savants!

Aussi parce qu’ils représentent l’ouverture du message de Dieu, le Dieu d’Israel, à l’humanité toute entière… D’ailleurs, on peut se poser la question: pourquoi ces savants certainement tout sauf juifs ont quitté leur terre natale pour aller adorer le roi des juifs… en quoi cela les concernait-il?? Une conversion soudaine??

C’est d’ailleurs pour qu’ils représentent encore plus l’universalité de la venue du Christ que la légende dorée leur a donné des origines différentes: l’un est rouge, l’autre noir.

 

Et bien moi, si j’avais été Père de l’Eglise, ou plus exactement Mère de l’Eglise, pour faire dans l’universel, j’aurais rajouté une femme, une reine mage! Vous vous dites que c’est farfelu, une lubie de femme, mais finalement, pourquoi pas une savante dans le lot?

 

Et peut-être que si il y avait eu une femme dans cette équipée savante, les choses auraient été différentes. Il y a une image qui circule sur internet sur le sujet et qui dit: si les rois mages avaient été des reines mages: elles ne se seraient pas perdues; elles seraient arrivées à l’heure; elles auraient aidé pour l’accouchement; elles auraient nettoyé l’étable; elles auraient amené des cadeaux utiles… et aussi quelque chose à manger!

 

Mais par contre après, les choses auraient été également différentes:

« J’espère qu’ils me rendront le tupperware où j’ai mis le gâteau »

« Comment peuvent-ils habiter avec tous ces animaux? »

« Tu as remarqué que les sandales de Marie ne vont pas avec sa tunique ? »

« Il parait que Joseph n’a pas d’emploi? »

« L’âne n’avais pas bonne mine. Je crois qu’il n’en a plus pour longtemps »

« Vierge? Ne me faites pas rire… Je la connais Marie! »

« Le bébé est mignon, mais il ne ressemble pas du tout à Joseph!! »

Il fait bon rire des préjugés… surtout lorsqu’ils nous concernent.

 

Mais revenons à l’histoire telle que racontée dans l’Evangile. Voila 3 savants, a priori rationnels, qui vont suivre une étoile et découvrir dans une étable, un lieu de rien du tout, un enfant qu’ils estiment être roi. Et voila ces 3 hommes s’agenouiller devant l’enfant et lui offrir des présents plus précieux les uns que les autres. Puis ils repartent sans passer par la case Hérode.

Non, ils ne s’attardent pas auprès de l’enfant, ils repartent, non pas comme ils sont venus, mais transformés car accepter un enfant dans une crèche là où on cherchait un roi ne laisse pas indemne.

 

Alors, tout à l’heure, lorsque nous tirerons les rois avec les galettes préparées par les enfants de l’école biblique (mais chut, c’est une surprise!), qu’est-ce que cela représentera pour nous?

Le partage, bien sûr; la fin des jours courts et le retour de la lumière comme la galette représente le soleil; l’accomplissement des annonces des prophètes; la promesse de l’universalité du message du Christ… Tout cela certainement, et tout cela doit nous mettre en joie pour commencer cette année et mettre l’espérance au coeur de nos vies.

Reines et rois de ce jour, soyez dans la joie et l’allégresse, Dieu s’est manifesté à nous et nous donne son amour. Alleluia. Amen.

 

Commenter

 
 

Youssef ALLOUCHA |
Hassan al Banna |
école islamique |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Procuresdbate
| Greencoffee
| sac lancel