Pastourelle

une parole parmi tant d'autres, mais une parole quand même

 

Jeudi Saint musical 25 avril 2016

Classé dans : liturgie — pastourelle @ 11 h 58 min

1ère partie

Prière Introductive

Seigneur, nous voici réunis ce jeudi pour nous rappeler ce repas, ce dernier repas que tu pris avec tes amis, les disciples, avant d’être arrêté, avant d’être interrogé, avant d’être exécuté.

Nous voulons nous rappeler ce repas qui nous est présenté dans l’Evangile et nous souhaitons faire pause sur ces temps si particuliers que tu as vécus ce soir là, une soirée qui a du durer une éternité, et sur ce que tes disciples ont vécu sans toujours comprendre le sens ni la portée des événements.

Seigneur, nous allons nous plonger dans la lecture de l’Evangile, alors rends-nous attentifs aux mots de la Parole afin qu’ils résonnent aujourd’hui encore dans nos vies. Amen

 

Lecture / Musique

MUSIQUE

 

1On était à deux jours de la fête de la Pâque et des pains sans levain. Les chefs des prêtres et les maîtres de la loi cherchaient un moyen d’arrêter Jésus en cachette et de le mettre à mort. 2Ils se disaient en effet : « Nous ne pouvons pas faire cela pendant la fête, sinon le peuple risquerait de se soulever. »

3Jésus était à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux ; pendant qu’il était à table, une femme entra avec un flacon d’albâtre plein d’un parfum très cher, fait de nard pur. Elle brisa le flacon et versa le parfum sur la tête de Jésus. 4Certains de ceux qui étaient là furent indignés et se dirent entre eux : « A quoi bon avoir ainsi gaspillé ce parfum ? 5On aurait pu le vendre plus de trois cents pièces d’argent pour les donner aux pauvres ! » Et ils critiquaient sévèrement cette femme.

 

MUSIQUE

 

6Mais Jésus dit : « Laissez-la tranquille. Pourquoi lui faites-vous de la peine ? Ce qu’elle a accompli pour moi est beau. 7Car vous aurez toujours des pauvres avec vous, et toutes les fois que vous le voudrez, vous pourrez leur faire du bien ; mais moi, vous ne m’aurez pas toujours avec vous. 8Elle a fait ce qu’elle a pu : elle a d’avance mis du parfum sur mon corps afin de le préparer pour le tombeau. 9Je vous le déclare, c’est la vérité : partout où l’on annoncera la Bonne Nouvelle, dans le monde entier, on racontera ce que cette femme a fait et l’on se souviendra d’elle. »

 

MUSIQUE

 

10Alors Judas Iscariote, un des douze disciples, alla proposer aux chefs des prêtres de leur livrer Jésus. 11Ils furent très contents de l’entendre et lui promirent de l’argent. Et Judas se mit à chercher une occasion favorable pour leur livrer Jésus.

12Le premier jour de la fête des pains sans levain, le jour où l’on sacrifiait les agneaux pour le repas de la Pâque, les disciples de Jésus lui demandèrent : « Où veux-tu que nous allions te préparer le repas de la Pâque ? » 13Alors Jésus envoya deux de ses disciples en avant, avec l’ordre suivant : « Allez à la ville, vous y rencontrerez un homme qui porte une cruche d’eau. Suivez-le, 14et là où il entrera, dites au propriétaire de la maison : “Le Maître demande : Où est la pièce qui m’est réservée, celle où je prendrai le repas de la Pâque avec mes disciples ? ” 15Et il vous montrera, en haut de la maison, une grande chambre déjà prête, avec tout ce qui est nécessaire. C’est là que vous nous préparerez le repas. » 16Les disciples partirent et allèrent à la ville ; ils trouvèrent tout comme Jésus le leur avait dit, et ils préparèrent le repas de la Pâque.

 

17Quand le soir fut venu, Jésus arriva avec les douze disciples. 18Pendant qu’ils étaient à table et qu’ils mangeaient, Jésus dit : « Je vous le déclare, c’est la vérité : l’un de vous, qui mange avec moi, me trahira. » 19Les disciples devinrent tout tristes, et ils se mirent à lui demander l’un après l’autre : « Ce n’est pas moi, n’est-ce pas ? » 20Jésus leur répondit : « C’est l’un d’entre vous, les douze, quelqu’un qui trempe avec moi son pain dans le plat. 21Certes, le Fils de l’homme va mourir comme les Écritures l’annoncent à son sujet ; mais quel malheur pour celui qui trahit le Fils de l’homme ! Il aurait mieux valu pour cet homme-là ne pas naître ! »

 

MUSIQUE

 

22Pendant le repas, Jésus prit du pain et, après avoir remercié Dieu, il le rompit et le donna à ses disciples ; il leur dit : « Prenez ceci, c’est mon corps. » 23Il prit ensuite une coupe de vin et, après avoir remercié Dieu, il la leur donna, et ils en burent tous. 24Jésus leur dit : « Ceci est mon sang, le sang qui garantit l’alliance de Dieu et qui est versé pour une multitude de gens. 25Je vous le déclare, c’est la vérité : je ne boirai plus jamais de vin jusqu’au jour où je boirai le vin nouveau dans le Royaume de Dieu. »

 

MUSIQUE

 

26Ils chantèrent ensuite les psaumes de la fête, puis ils s’en allèrent au mont des Oliviers.

27Jésus dit à ses disciples : « Vous allez tous m’abandonner, car on lit dans les Écritures : “Je tuerai le berger, et les moutons partiront de tous côtés” . 28Mais, ajouta Jésus, quand je serai de nouveau vivant, j’irai vous attendre en Galilée. » 29Pierre lui dit : « Même si tous les autres t’abandonnent, moi je ne t’abandonnerai pas. » 30Alors Jésus lui répondit : « Je te le déclare, c’est la vérité : aujourd’hui, cette nuit même, avant que le coq chante deux fois, toi, tu auras prétendu trois fois ne pas me connaître. » 31Mais Pierre répliqua encore plus fort : « Je ne prétendrai jamais que je ne te connais pas, même si je dois mourir avec toi. » Et tous les autres disciples disaient la même chose.

 

MUSIQUE

 

32Ils arrivèrent ensuite à un endroit appelé Gethsémané, et Jésus dit à ses disciples : « Asseyez-vous ici, pendant que je vais prier. » 33Puis il emmena avec lui Pierre, Jacques et Jean. Il commença à ressentir de la frayeur et de l’angoisse, 34et il leur dit : « Mon cœur est plein d’une tristesse mortelle ; restez ici et demeurez éveillés. » 35Il alla un peu plus loin, se jeta à terre et pria pour que, si c’était possible, il n’ait pas à passer par cette heure de souffrance. 36Il disait : «  Abba, ô mon Père, tout t’est possible ; éloigne de moi cette coupe de douleur. Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. »

 

MUSIQUE

 

37Il revint ensuite vers les trois disciples et les trouva endormis. Il dit à Pierre : « Simon, tu dors ? Tu n’as pas été capable de rester éveillé même une heure ? 38Restez éveillés et priez, pour ne pas tomber dans la tentation. L’être humain est plein de bonne volonté, mais il est faible. »

 

39Il s’éloigna de nouveau et pria en répétant les mêmes paroles. 40Puis il revint auprès de ses disciples et les trouva endormis ; ils ne pouvaient pas garder les yeux ouverts. Et ils ne savaient pas que lui dire. 41Quand il revint la troisième fois, il leur dit : « Vous dormez encore et vous vous reposez ? C’est fini ! L’heure est arrivée. Maintenant, le Fils de l’homme va être livré entre les mains des pécheurs. 42Levez-vous, allons-y ! Voyez, l’homme qui me livre à eux est ici ! »

43Jésus parlait encore quand arriva Judas, l’un des douze disciples. Il y avait avec lui une foule de gens armés d’épées et de bâtons. Ils étaient envoyés par les chefs des prêtres, les maîtres de la loi et les anciens. 44Judas, celui qui leur livrait Jésus, avait indiqué à cette foule le signe qu’il utiliserait : « L’homme que j’embrasserai, c’est lui. Saisissez-le et emmenez-le sous bonne garde. » 45Dès que Judas arriva, il s’approcha de Jésus et lui dit : « Maître ! » Puis il l’embrassa. 46Les autres mirent alors la main sur Jésus et l’arrêtèrent. 47Mais un de ceux qui étaient là tira son épée, frappa le serviteur du grand-prêtre et lui coupa l’oreille. 48Jésus leur dit : « Deviez-vous venir armés d’épées et de bâtons pour me prendre, comme si j’étais un brigand ? 49Tous les jours j’étais avec vous et j’enseignais dans le temple, et vous ne m’avez pas arrêté. Mais cela arrive pour que les Écritures se réalisent. » 50Alors tous les disciples l’abandonnèrent et s’enfuirent. 51Un jeune homme suivait Jésus, vêtu d’un simple drap. On essaya de le saisir, 52mais il abandonna le drap et s’enfuit tout nu.

 

MUSIQUE

 

53Ils emmenèrent Jésus chez le grand-prêtre, où s’assemblèrent tous les chefs des prêtres, les anciens et les maîtres de la loi. 54Pierre suivit Jésus de loin et il entra dans la cour de la maison du grand-prêtre. Là, il s’assit avec les gardes et il se chauffait près du feu.

 

55Les chefs des prêtres et tout le Conseil supérieur cherchaient une accusation contre Jésus pour le condamner à mort, mais ils n’en trouvaient pas. 56Beaucoup de gens, en effet, portaient de fausses accusations contre Jésus, mais ils se contredisaient entre eux. 57Quelques-uns se levèrent alors et portèrent cette fausse accusation contre lui : 58« Nous l’avons entendu dire : “Je détruirai ce temple construit par les hommes, et en trois jours j’en bâtirai un autre qui ne sera pas une œuvre humaine.”  » 59Mais même sur ce point-là ils se contredisaient.

 

MUSIQUE

 

60Le grand-prêtre se leva alors dans l’assemblée et interrogea Jésus : « Ne réponds-tu rien à ce que ces gens disent contre toi ? » 61Mais Jésus se taisait, il ne répondait rien. Le grand-prêtre l’interrogea de nouveau : « Es-tu le Messie, le Fils du Dieu auquel vont nos louanges ? » 62Jésus répondit : « Oui, je le suis, et vous verrez tous le Fils de l’homme siégeant à la droite du Dieu puissant ; vous le verrez aussi venir parmi les nuages du ciel. »

 

MUSIQUE

 

63Alors le grand-prêtre déchira ses vêtements et dit : « Nous n’avons plus besoin de témoins ! 64Vous avez entendu cette insulte faite à Dieu. Qu’en pensez-vous ? » Tous déclarèrent qu’il était coupable et qu’il méritait la mort. 65Quelques-uns d’entre eux se mirent à cracher sur Jésus, ils lui couvrirent le visage, le frappèrent à coups de poing et lui dirent : « Devine qui t’a fait cela ! » Et les gardes prirent Jésus et lui donnèrent des gifles.

 

MUSIQUE

 

66Pierre se trouvait encore en bas dans la cour, quand arriva une des servantes du grand-prêtre. 67Elle vit Pierre qui se chauffait, le regarda bien et lui dit : « Toi aussi, tu étais avec Jésus, cet homme de Nazareth. » 68Mais il le nia en déclarant : « Je ne sais pas ce que tu veux dire, je ne comprends pas. » Puis il s’en alla hors de la cour, dans l’entrée. [Alors un coq chanta.] 69Mais la servante le vit et répéta devant ceux qui étaient là : « Cet homme est l’un d’eux ! » 70Et Pierre le nia de nouveau. Peu après, ceux qui étaient là dirent encore à Pierre : « Certainement, tu es l’un d’eux, parce que, toi aussi, tu es de Galilée. » 71Alors Pierre s’écria : « Que Dieu me punisse si je mens ! Je le jure, je ne connais pas l’homme dont vous parlez. » 72A ce moment même, un coq chanta pour la seconde fois, et Pierre se rappela ce que Jésus lui avait dit : « Avant que le coq chante deux fois, tu auras prétendu trois fois ne pas me connaître. » Alors, il se mit à pleurer.

 

MUSIQUE

 

2ème partie

 

Prière de repentance

Non, je ne le connais pas… Non, je ne te connais pas! Peut-être n’avons-nous jamais été aussi catégoriques, n’avons-nous jamais eu à te renier en public comme Pierre car nous vivons dans un pays qui nous permet de croire en toi.

Mais combien de fois avons-nous oublié que nous te connaissions? combien de fois avons-nous agi comme si nous ne t’avions jamais rencontré, comme si nous n’avions jamais lu les Evangiles, jamais entendu parler du commandement d’amour, jamais entendu tes paroles sur le jugement, sur l’amour des ennemis, sur le souci des plus petits, des plus faibles, sur la vengeance, sur l’accueil, sur le pardon.

Il nous faut être honnêtes: de trop nombreuses fois nous avons agi comme si tu n’étais jamais entré dans nos vies. Et nous ne sommes pas fiers. Le chant du coq c’est dans notre coeur que nous l’entendons à chaque fois que nous nous éloignons de toi car nous sommes conscients de touts nos petits arrangements.

Personne n’a besoin de nous sermonner, nous savons comme Pierre que nous faisons fausse route. Peut-être ne pleurons-nous pas comme Pierre, mais le malaise envahit nos vies quand nous constatons notre égarement.

Heureusement tu n’es pas rancunier: tu n’as pas maudit Pierre, tu ne l’as pas condamné. Il fallait que les choses se passent ainsi pour que ses yeux s’ouvrent. Il fallait que les larmes coulent pour emporter son aveuglement. Même au seuil de la mort, tu n’as pas abandonné ta capacité à aimer.

Aujourd’hui, nous nous tournons vers toi pour te remettre tous nos égarements, toutes nos errances, tous nos chemins de traverse. Nous nous tournons vers toi car tu es la source de l’amour, la source de la paix, la source de la joie et que nous avons besoin, sans cesse, d’être abreuvés.

Merci Seigneur de ne pas abandonner tes enfants, merci de nous relever, merci de nous aimer. Amen.

 

Sainte Cène

Nous avons fait le rappel de ce repas pascal si particulier, le dernier que Jésus a pris avec les disciples, nous nous sommes posés devant lui avec tout notre fardeau de regrets, nous avons entendu de nouveau son amour pour nous. Nous allons maintenant entrer en communion les uns avec les autres et avec notre Seigneur en partageant le repas de la Cène.

Ces paroles d’institutions, nous les avons déjà entendues, mais nous pouvons les reprendre pour nous ce soir:

 

Institution

22Pendant le repas, Jésus prit du pain et, après avoir remercié Dieu, il le rompit et le donna à ses disciples ; il leur dit : « Prenez ceci, c’est mon corps. » 23Il prit ensuite une coupe de vin et, après avoir remercié Dieu, il la leur donna, et ils en burent tous. 24Jésus leur dit : « Ceci est mon sang, le sang qui garantit l’alliance de Dieu et qui est versé pour une multitude de gens. 25Je vous le déclare, c’est la vérité : je ne boirai plus jamais de vin jusqu’au jour où je boirai le vin nouveau dans le Royaume de Dieu. » 26Ils chantèrent ensuite les psaumes de la fête.

 

Psaume 118 – Célébrez Dieu, rendez-lui grâce (psaume chanté traditionnellement au moment de la Pâque juive, mais bien sûr pas dans sa version de la Réforme!)

 

Prière de communion

Nous prions :

Père, au moment de nous approcher de cette table, nous faisons mémoire des paroles et des gestes de Jésus-Christ en ce jeudi soir, de sa mort qui aura lieu au lendemain de ce repas, et de sa résurrection qui nous a ouvert une espérance après des jours de deuil. Seigneur, nous attendons son retour.

Nous recevons de toi ce pain de vie destiné à la nourriture du monde.

Nous recevons de toi la coupe d’alliance que tu offres pour la joie du monde.

Tu nous rassembles et nous invites.

Par ton Esprit, renouvelle notre foi afin que ce pain et ce vin soient les signes de la présence de ton Fils parmi nous. Fais toutes choses nouvelles dans nos coeurs et dans le monde.

Comme Jésus l’a enseigné à ses disciples, nous te disons:

NP

 

Invitation

Voici le repas que nos mains ont préparé, mais c’est le Seigneur qui nous invite. Voici la table que nous avons dressée, mais c’est lui qui nous accueille.

Voici le repas qui nous ouvre à la mémoire de ce repas pascal partagé en présence de Jésus et des disciples.

Nous sommes tous invités. Approchons-nous pour former un cercle autour de cette table dressée.

 

Fraction

Ce pain que nous rompons nous rappelle le pain partagé par Jésus pour ses disciples. Il est communion au corps de notre Seigneur Jésus Christ.

Cette coupe de bénédiction pour laquelle nous rendons grâces, nous rappelle la coupe que les disciples se sont passée après l’avoir reçue des mains mêmes de Jésus. Elle est communion au sang de notre Seigneur Jésus-Christ.

 

Prière d’action de grâces

Nous te remercions, Père, pour le repas que nous avons pris ensemble. Accorde-nous de vivre de cette nourriture, de te célébrer et d’être ainsi témoins de Jésus-Christ. Amen

 

 

 

Prière d’intercessions

Seigneur, il y a tant d’années maintenant, un repas qui se voulait festif s’est transformé en repas d’adieu, en testament pour les générations à venir.

Aujourd’hui Seigneur, aide-nous à vivre la joie de la communion, malgré le repas d’adieu, malgré la séparation annoncée.

Il y a tant d’années maintenant, 12 hommes étaient attablés avec leur ami, leur maitre, sans avoir conscience de ce qu’ils étaient en train de vivre.

Aujourd’hui Seigneur, aide-nous à prendre la mesure de ce repas que nous venons de partager, aide-nous à vivre pleinement en communion les uns avec les autres, unis à toi.

Il y a tant d’années maintenant, ces hommes ont vu partir leur ami, ils l’ont vu être arrêté sans bien comprendre ce qu’il se passait.

Aujourd’hui Seigneur, aide-nous à ne pas les juger car nous sommes souvent dans la même situation d’incompréhension, d’aveuglement.

Il y a tant d’années maintenant, un homme a été arrêté, jugé, moqué pour avoir simplement essayé d’ouvrir les yeux au monde sur l’amour nécessaire à toute vie.

Aujourd’hui Seigneur, aide-nous à ne pas oublier tous ceux qui sont condamnés à tort, sans procès, tous ceux qui sont persécutés pour leur foi, pour leur couleur, pour leur origine, pour leurs idées, pour tout ce qui peut être prétexte à exercer une haine sans limite.

Il y a tant d’années maintenant, un homme a eu peur d’affirmer sa foi qu’il en est arrivé à renier celui qui avait été son ami, son frère, son maitre.

Aujourd’hui Seigneur, aide-nous à trouver le courage de confesser notre foi, de ne pas nous cacher. Nous te remettons les chrétiens libres de parler de toi, libres de prier, afin qu’ils n’oublient pas leur rôle de témoin dans ce monde. Nous te remettons les chrétiens persécutés, dans l’incapacité d’ouvrir une Bible ou de te prier sans risquer d’être arrêté, condamné, exécuté, sois auprès d’eux dans la clandestinité et l’épreuve.

Seigneur, nous te remettons notre monde et ses douleurs. En ce jeudi de Pâques, les ténèbres vont commencer à tomber sur nous, comme un coup de massue dont nous ne pourrions nous relever. Mais aujourd’hui, les ténèbres ne sont pas seulement symboliques. Non, les ténèbres de l’obscurantisme, de la terreur, de la haine tentent de recouvrir notre humanité. Mais en toi, par toi, nous pouvons trouver la force d’y faire face.

Aujourd’hui, à la différence des disciples, nous pouvons traverser ce temps pascal dans la méditation et la sérénité c’est parce que nous savons que tout ne s’est pas arrêté à la mort et que la lumière a repris ses droits.

Seigneur, ta lumière est notre vie. Amen

 

Envoi

Le repas a été partagé, les adieux ont eu lieu, mais cette phrase doit nous accompagner dans les jours à venir : veillez et priez.

 

Bénédiction

Le Seigneur vous bénit et vous garde. Malgré l’absence annoncée, il vous garde son amour. Allez dans sa paix. Amen.

 

 

 

 

 

 

 

Commenter

 
 

Youssef ALLOUCHA |
Hassan al Banna |
école islamique |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Procuresdbate
| Greencoffee
| sac lancel