Pastourelle

une parole parmi tant d'autres, mais une parole quand même

 

Ca sert à quoi… le culte? – 11 septembre 2016 – rentrée 20 septembre 2016

Classé dans : Prédications — pastourelle @ 12 h 40 min

1 Corinthiens 12, 12-28

Certains se souviennent peut-être: il y a quelque temps, j’avais fait une prédication sur le sujet: « ça sert à quoi de croire en Dieu? ». Si vous avez lu avec attention le nouveau Mon Peuple, vous avez vu que cette réflexion du « à quoi ça sert » avait fait des émules… parce que, finalement, c’est une bonne thématique pour se reposer quelques questions fondamentales.

Nous avons donc repris cette interrogation hier avec les enfants de l’école biblique et de l’éveil à la foi lors de notre traditionnelle sortie avec les ânes: « ça sert à quoi l’école biblique, le catéchisme, l’éveil à la foi? ». Nos conclusions:

  • et bien, ça sert à connaitre la Bible, à savoir comment elle est composée, qui a écrit les différents livres, où se situe l’histoire de Jésus…
  • ça sert à apprendre à louer Dieu. Et oui, on y a apprend des chansons qui peut-être marqueront certains toutes leur vie… Je suis sûre que ceux qui ont suivi le catéchisme vous avez des cantiques qui vous ont marqués et qui vous rappellent des souvenirs.
  • ça sert aussi à se faire des copains, à s’ouvrir aux autres, à se faire confiance et c’est aussi important.

Il y a eu d’autres réponses: ça sert à faire de l’âne, à manger…

 

Tout au long de l’année, nous allons nous interroger ainsi, par exemple en octobre: « ça sert à quoi l’amour; ça sert à quoi d’aimer son prochain? », ou encore: « ça sert à quoi Dieu, Jésus et le Saint Esprit? »… Des questions importantes… nous essayerons de vous rapporter régulièrement les réflexions des enfants.

 

Alors, si les plus jeunes se sont interrogés sur les raisons qui les poussent à se retrouver régulièrement, nous pouvons peut-être en faire autant, non? Alors, ça sert à quoi… le culte? Et certains doivent se dire : ‘Ah lala, si elle nous refait le coup du « ça ne sert à rien » comme avec le « ça sert à quoi de croire en Dieu? », on part en courant!!’

 

On pourrait finalement répondre à peu près la même chose que les enfants: ça sert à connaitre la Bible, ses commandements, la bonne nouvelle de l’Evangile; ça sert à louer Dieu, à chanter notre reconnaissance et notre joie; ça sert aussi à être avec d’autres, à se sentir entouré… Selon vous, ça sert à quoi le culte?…

Mais essayons de pousser un peu plus la réflexion, faisons un peu de théologie et tournons-nous, à la veille du 500ème anniversaire de la Réforme vers ceux qui ont jeté les bases du protestantisme. Revenons aux principes fondateurs de la Réforme… ça nous permettra une petite révision avant 2017 et nous serons alors prêts pour répondre à toutes les questions!

 

Commençons par ce qui a été la révélation centrale de Luther en lisant l’epître aux romains, alors qu’il vivait dans l’angoisse se demandant de quelle façon il allait pouvoir être sauvé. Et bien, pas besoin de monnayer son salut, comme c’était la coutume de l’époque car… seule la foi sauve! Oui, il est là le 1er principe: la foi seule! Mais également la grâce seule, cet amour inconditionnel et gratuit de Dieu qui permet à l’homme d’aimer à son tour ses semblables. Oui Dieu aime ses créatures et cela ne dépend ni de leur mérite, ni de leurs qualités, ni de leur statut social, non, rien de tout cela: il aime ses créatures, point à la ligne.

 

L’amour vient de Dieu, la foi vient de Dieu et non pas des prêtres, des pasteurs, des humains… Oui, tout cela nous vient de Dieu, de Dieu seul! Voici ce que la Fédération de France nous propose pour comprendre ce concept: « Rien n’est sacré, divin ou absolu en dehors de Dieu.

Ils sont donc vigilants envers tout parti, valeur, idéologie, ou entreprise humaine prétendant revêtir un caractère absolu, intangible ou universel.

Parce que Dieu est un Dieu de liberté, qui appelle une libre réponse de la part de l’être humain, les protestants sont favorables à un système social qui respecte la pluralité et la liberté des consciences. »

 

La foi, la grâce, Dieu et la Bible seuls! La Bible est la seule autorité reconnue par les protestants… aucune autorité humaine n’existe.

 

Alors si on récapitule : le protestant est seul face à Dieu, il peut le prier sans intermédiaire, il reçoit de lui la foi, qu’il ne doit à personne d’autre qu’à Dieu, la grâce de Dieu est sur lui  sans qu’il ne fasse quoi que ce soit, et sa seule autorité est la Bible, qu’il peut posséder chez lui, qu’il peut lire tout seul… quel besoin pour lui de se joindre à une communauté? D’autant plus qu’il y a un autre point très novateur mis en place par le protestantisme: le sacerdoce universel. Tous les baptisés sont égaux, il n’y en a pas de plus importants que les autres. Il y a une phrase qui à la base était critique envers les protestants qui dit: « tout protestant est pape une Bible à la main ». Plus sérieusement, on peut dire que nous sommes tous prêtres, égaux sur le plan spirituel. Les pasteurs ne sont pas supérieurs et non, zut alors! Nous sommes des baptisés comme les autres avec juste une petite formation complémentaire et l’Eglise nous permet d’avoir le temps pour nous consacrer au service.

 

Tous prêtres, donc pas besoin de pasteur… et encore une fois, pas besoin de communauté! Je crois que finalement, à la question : « à quoi ça sert le culte », avec les apports théologiques que nous avons, nous allons être obligés de répondre : à rien!!

Attendez, ne partez pas tout de suite!!

 

Si la Bible fait autorité pour nous, arrêtons-nous sur ce texte de Paul dans la 1ère epître aux Corinthiens 12:

12En effet, comme le corps est un, tout en ayant une multitude de parties, et comme toutes les parties du corps, en dépit de leur multitude, ne sont qu’un seul corps, ainsi en est-il du Christ. 13Car c’est dans un seul Esprit que nous tous — soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit hommes libres — nous avons reçu le baptême pour appartenir à un seul corps ; et nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit.

 

14Ainsi le corps n’est pas une seule partie, mais une multitude. 15Si le pied disait : « Parce que je ne suis pas une main, je ne fais pas partie du corps », il n’en ferait pas moins partie du corps. 16Et si l’oreille disait : « Parce que je ne suis pas un œil, je ne fais pas partie du corps », elle n’en ferait pas moins partie du corps. 17Si tout le corps était œil, où serait l’ouïe ? S’il était tout ouïe, où serait l’odorat ? 18En fait, Dieu a placé chacune des parties dans le corps comme il l’a voulu. 19Si tous étaient une seule partie, où serait le corps ? 20Maintenant donc il y a une multitude de parties et un seul corps. 21L’œil ne peut pas dire à la main : « Je n’ai pas besoin de toi », ni la tête dire aux pieds : « Je n’ai pas besoin de vous. » 22Bien au contraire, les parties du corps qui paraissent les plus faibles sont nécessaires ; 23et celles que nous estimons être les moins honorables du corps, nous les entourons d’un plus grand honneur. Ainsi ce sont nos parties les moins décentes qui sont traitées avec le plus de décence, 24tandis que celles qui sont décentes n’en ont pas besoin. En fait, Dieu a disposé le corps de manière à donner plus d’honneur à ce qui en manquait, 25pour qu’il n’y ait pas de division dans le corps, mais que toutes les parties du corps s’inquiètent de la même façon les unes des autres. 26Et si une partie du corps souffre, toutes les autres souffrent avec elle ; si une partie du corps est glorifiée, toutes les autres se réjouissent avec elle.

 

27Vous êtes le corps du Christ, vous en faites partie, chacun pour sa part.

 

Et oui, nous sommes le corps du Christ, nous faisons partie d’une communauté invisible qui nous unit à travers la terre. Nous pouvons bien évidemment vivre notre foi tout seul dans notre coin puisque nous avons a priori tout ce dont nous avons besoin: Dieu, la foi, la grâce, la Bible. Mais voila, comme le dit Paul, qu’on le veuille ou non, nous faisons partie du corps du Christ, de son Eglise universelle, que nous soyons pied, oeil, main ou oreille. Mais si nous restons pied dans notre coin, on va peut-être pouvoir aller loin, mais sans rien y voir, on risque de se cogner partout!! Si nous restons oeil, on fera du sur place… on aura le temps d’admirer le paysage, mais nous resterons clouer à notre place… Et c’est bien ça qui fait l’importance de la communauté, c’est que nous unissons nos capacités, nos charismes pour célébrer Dieu et pour faire vivre encore et toujours sa Parole dans notre monde.

 

On peut critiquer l’institution, elle est humaine, donc faillible, pas parfaite, mais sans cette communauté instituée qu’est devenue l’Eglise, le message du Christ aurait pu se perdre. Nous sommes aujourd’hui au bénéfice de tout cela.

 

Et puis, il faut l’avouer: se baptiser tout seul dans son coin n’est pas très joyeux, tout comme célébrer la sainte cène tout seul… La communion est tout autant verticale, avec Dieu, qu’horizontale, avec nos frères et soeurs.

 

Alors, à quoi ça sert… le culte: grâce aux enfants, on peut répéter: connaitre la  Bible, louer Dieu… ça on peut le faire tout seul dans son coin… mais faire des connaissances, ne pas rester seul, on ne peut le faire qu’en Eglise, en Eglise rassemblée. L’Eglise, c’est l’ensemble des personnes qui sont appelées par Dieu pour se mettre en mouvement, pour mettre en pratique ses commandements, pour aller dans le monde entier et de tous les peuples faire des disciples. Le rassemblement de toutes ces personnes dans un même lieu est une conséquence de cet appel. Oui, aujourd’hui rassemblés, nous répondons à cet appel qui nous unit. Et d’une certaine manière, notre rassemblement nous rapproche également de tous ceux qui nous ont précédé dans la foi et pour finir, je voudrais vous laisser ce texte des Actes des Apôtres qui nous rapporte la vie de la 1ère communauté chrétienne… Une communauté simple, avec des besoins simples, heureux soyons-nous de pouvoir vivre ainsi!

Actes 2:

42Ils étaient assidus à l’enseignement des apôtres, à la communion fraternelle, au partage du pain et aux prières. 43La crainte s’emparait de chacun, et beaucoup de prodiges et de signes se produisaient par l’entremise des apôtres. 44Tous les croyants étaient ensemble et avaient tout en commun. 45Ils vendaient leurs biens et leurs possessions, et ils en partageaient le produit entre tous, selon les besoins de chacun. 46Chaque jour, ils étaient assidus au temple, d’un commun accord, ils rompaient le pain dans les maisons et ils prenaient leur nourriture avec allégresse et simplicité de cœur ; 47ils louaient Dieu et avaient la faveur de tout le peuple. Et le Seigneur ajoutait chaque jour à la communauté ceux qu’il sauvait.

Amen!

 

 

Commenter

 
 

Youssef ALLOUCHA |
Hassan al Banna |
école islamique |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Procuresdbate
| Greencoffee
| sac lancel