Pastourelle

une parole parmi tant d'autres, mais une parole quand même

 
  • Accueil
  • > liturgie
  • > Repose-toi et laisse-la se reposer – 19 septembre 2016 – Temps pour la création

Repose-toi et laisse-la se reposer – 19 septembre 2016 – Temps pour la création 20 septembre 2016

Classé dans : liturgie — pastourelle @ 12 h 45 min

Présentation du temps pour la création

En 1989, Démétrios 1er, patriarche de Constantinople décide de consacrer le premier jour de l’année liturgique orthodoxe (1er septembre) à la protection de l’environnement. Il invite alors le monde chrétien à « élever chaque année en ce jour, des prières de remerciement pour le grand don du monde crée, prières de supplication pour sa protection et son salut ».

Chaque année, à partir du 1er septembre jusqu’à 4 octobre, les Eglises sont invitées à participer à un « Temps pour la création ». Depuis 2008, le Conseil Oecuménique des Eglises fait la promotion de ce temps et invite ses Eglises membres à se saisir de la réflexion.

 

Prière d’ouverture

Seigneur, nous voulons maintenant faire un temps de pause dans nos vies, un peu trop souvent chahutées par les exigences, le stress. Parfois nous avons l’impression de survoler notre vie sans nous poser les questions importantes, existentielles, en suivant tout simplement le rythme dicté par nos sociétés. Aujourd’hui, maintenant, tout de suite, nous voulons être pleinement à ton écoute, arrêter de courir après des chimères, des chiffres, des objectifs déshumanisés. Et nous voulons te louer toi notre créateur. Comment t’ignorer lorsque nous levons les yeux sur les montagnes, sur la nature, lorsque nous baissons les yeux vers un nouveau-né qui dit toute la grandeur de ton amour. Oui, Seigneur, nous voulons prendre ce temps pour nous remettre totalement dans ta présence. Amen

Chant de louange – Louange et gloire à ton nom 271

 

Demande de Pardon – prière d’André Dumas (proposé par Pierre Trichot)

« Détresse des gâchis »

Notre Dieu, tu nous donnes un cœur pour savourer la bonté de ta création, un corps pour y habiter avec force et avec grâce, une vie pour user des occasions de donner et de demander, une mort pour ne pas rêver d’une immortalité mensongère.

Mais tout cela nous le gâchons.

Ce cœur nous le gardons sec ou craintif, ce corps nous l’étouffons ou nous le dispersons, cette vie nous la convoitons ou nous la regrettons, cette mort, nous la fuyons ou nous y sombrons.

Pour le gâchis de ta création, Dieu nous te demandons pardon.

Ce pardon, donne-le nous, afin que nous retrouvions la paix et peut-être la joie, fût-ce dans la lutte et au travers la détresse.

Viens toi qui renouvelles sans cesse les hommes, la terre et les cieux.

Viens, tu nous ouvriras la porte de notre propre maison, tu balaieras et tu mettras une lumière sur notre table.

Viens quand nous nous  sommes renfermés dans notre gâchis.

Viens Seigneur Jésus, toi qui, crucifié, as été enfermé dans un tombeau, et qui ressuscité par la puissante mémoire de Dieu ton père, traversas les murs des chambres closes et relevas les tiens du gâchis de leur nostalgie, de leur remords et de leur désillusion. Viens si tu mérites de t’appeler la porte et le chemin. Amen.

 

Lectures Bibliques

  • Shabbat pour l’homme : Exode 20, 8-11

8Souviens-toi du sabbat, pour en faire un jour sacré. 9Pendant six jours tu travailleras, et tu feras tout ton ouvrage. 10Mais le septième jour, c’est un sabbat pour le SEIGNEUR, ton Dieu : tu ne feras aucun travail, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni les immigrés qui sont dans tes villes. 11Car en six jours le SEIGNEUR a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qui s’y trouve, et il s’est reposé le septième jour. C’est pourquoi le SEIGNEUR a béni le sabbat et en a fait un jour sacré.

 

commentaire

On se rappelle que Dieu a créé le monde en 6 jours et que le 7ème jour, il s’est reposé. On a du mal à imaginer Dieu prendre du repos, les doigts de pieds en éventail sur la plage du Royaume… En fait, les exégètes ont tendance à dire qu’il ne s’est pas reposé, mais qu’il s’est retiré de sa création. Non pas pour l’abandonner, mais pour laisser toute sa place à l’humain, pour que celui-ci mette en pratique ce que Dieu lui avait demandé: « Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la. Dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel et sur tous les animaux qui fourmillent sur la terre. 29Dieu dit : Je vous donne toute herbe porteuse de semence sur toute la terre, et tout arbre fruitier porteur de semence ; ce sera votre nourriture. 30A tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, à tout ce qui fourmille sur la terre et qui a souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. ». Mais voila, l’homme s’est pris pour Dieu et s’est servi de la création pour son propre compte.

Et l’homme oublie Dieu, alors ce dernier lui rappelle la création, lui rappelle que c’est lui qui est à l’origine de tout cela et qu’il est nécessaire de respecter le shabbat, pour se reposer certes, mais surtout pour se rappeler de l’ouvrage du Seigneur et que tout vient de lui, tout est entre ses mains. Le shabbat pour l’homme est sensé lui permettre de se détacher de son travail, de l’argent, des choses matérielles, pour se tourner vers Dieu, vers les autres pour faire vivre le lien et non plus l’intérêt. Qu’elle parait lointaine et exotique cette recommandation sabbatique alors que dans bien trop de famille le 7ème jour est destiné à faire le plein, à faire les courses et que ce 7ème jour, si il est travaillé, est rémunéré parfois 2 fois plus, surmarchandisant ainsi ce qui est sensé se démarchandiser : un comble, nous marchons sur la tête et ça ne semble pas gêner grand monde… mais la migraine risque d’être tenace!

 

  • Shabbat pour la terre : Lévitique 25, 1-7

1Au mont Sinaï, le SEIGNEUR dit à Moïse : 2Parle aux Israélites ; tu leur diras : Quand vous serez entrés dans le pays que je vous donne, la terre fera sabbat ; ce sera un sabbat pour le SEIGNEUR. 3Pendant six années tu ensemenceras ton champ, pendant six années tu tailleras ta vigne et tu en récolteras le produit. 4Mais la septième année il y aura un sabbat, un repos sabbatique pour la terre, un sabbat pour le SEIGNEUR : tu n’ensemenceras pas ton champ et tu ne tailleras pas ta vigne. 5Tu ne moissonneras pas ce qui provient des grains tombés de ta moisson, et tu ne vendangeras pas les raisins de ta vigne non taillée : ce sera une année sabbatique pour la terre. 6Le sabbat de la terre sera votre nourriture, à toi, à ton serviteur, à ta servante, au salarié et au résident temporaire qui séjournent en immigrés chez toi, 7à tes bêtes et aux animaux qui sont dans ton pays ; tout son produit servira de nourriture.

 

commentaire

Que l’homme se repose, qu’il chôme durant une journée pour se rapprocher de Dieu est une chose, mais qu’il sorte d’une logique pleinement humaine en est une autre. C’est pourquoi Dieu intervient pour lui rappeler que la création ne se résume pas aux êtres vivants mais qu’elle est aussi cette terre nourricière qui produit d’elle-même, mais qui, forcée par l’humain, s’épuise dans sa production. Alors, aussi étonnant que cela puisse paraitre, la terre doit elle aussi se reposer. Mais ce n’est pas parce qu’elle sera en pause, en congés forcé qu’elle ne produira pas, non, son fruit sera nourriture pour toute la population et même pour les animaux. Et oui, sans rien faire, sans ensemencer, la terre portera des fruits!

Il pourrait paraitre judicieux d’envoyer quelques Bibles à certaines grandes firmes qui s’obstinent à nous faire croire que sans interventions humaines agressives, la terre est une incapable! Car non, la terre se débrouille très bien sans nous, d’ailleurs, on pourrait même dire que la terre se porterait encore mieux sans nous… tout du moins si nous restons dans cette logique de sur-rendement qui rime trop souvent avec surendettement des agriculteurs. On nous prône l’asphyxie de la terre, difficile de se battre contre des pots de fer, mais c’est possible et le shabbat de la terre est une nécessité! A nous d’en tirer des conclusions pratiques.

 

  • Responsabilité de l’Homme : Luc 14, 1-6

1Un jour de sabbat, il était venu manger chez l’un des chefs des pharisiens, et ceux-ci l’observaient.

2Un hydropique était devant lui. 3Jésus demanda aux spécialistes de la loi et aux pharisiens : Est-il permis ou non d’opérer une guérison pendant le sabbat ? 4Ils gardèrent le silence. Alors il prit le malade, le guérit et le renvoya. 5Puis il leur dit : Lequel de vous, si son fils ou son bœuf tombe dans un puits, ne l’en retirera pas aussitôt, le jour du sabbat ? 6Et ils ne furent pas capables de répondre à cela.

 

commentaire

Ce texte, loin de remettre en cause le Shabbat, lui redonne tout son sens : le respect de l’autre, le respect de la création se jouent même les jours de Shabbat! Le 7ème jour n’est pas un jour de « rien », il est au contraire un jour de « tout » : de Dieu présent pleinement, de l’humain pleinement conscient de son humanité et de son rapport à la création, aux autres et à l’Autre. Le Shabbat n’est pas la deresponsabilisation de l’humain, mais au contraire un état de pleine conscience de ce qu’il est, de ce qu’est son environnement. L’être humain en faisant cette pause dans sa vie. Le shabbat en doit pas nous déconnecter de l’humanité, de la création, mais au contraire il doit nous permettre de ressentir notre participation à cette humanité, à cette création encore plus intensément et nous pousser à prendre nos responsabilités dans ce monde. Si le shabbat est un jour à part, il doit cependant déteindre sur notre vie de tous les jours. On ne va pas se déresponsabiliser le lundi matin (si on prend le shabbat comme le dimanche).

Je vais vous partager une expérience. En juin 2014, j’ai commencé à jeûner pour le climat. Le jeûne pour le climat a débuté en décembre 2013 suite à l’annonce du représentant des Philippines à la COP 19 de Varsovie de son jeûne intégral jusqu’à ce qu’un accord satisfaisant soit adopté sur le climat. Cela a fait boule de neige et à travers le monde, nous avons été invités à jeûner les 1ers jours des mois. J’ai commencé en me disant que la cause m’intéressait et que ça ne pouvait pas me faire de mal de jeûner une fois par mois. Les gens m’interrogeaient sur cette étrange initiative… effectivement mon jeûne n’allait pas ralentir le réchauffement climatique, donc beaucoup rigolaient de cela. Mais finalement et étonnamment, je crois que j’ai été la 1ère convertie par mon jeûne. Parce que tout comme le shabbat, ces jours sans nourriture, ont ouvert une réflexion intérieure, ont peut-être agrandi ma conscience de la création… et je suis la 1ère étonnée de mon évolution sur le sujet.

Alors, oui, je suis persuadée que faire shabbat ouvre l’esprit et la conscience au monde qui nous entoure. Et l’utilitaire fait alors place à la coopération et au vivre ensemble.

 

Musique

 

Confession de foi (d’Inde)

Nous croyons au Dieu unique, source de toute vie,

seul fondement et origine de toute la terre et de ses créatures.

 

Nous croyons à l’excellence de toute vie sur terre,

à la valeur innée de tous les êtres,

à la participation des humains à la vie de la nature.

 

Et nous croyons que le Christ nous montre la tâche confiée à l’être humain:

être l’image de Dieu en oeuvrant avec la terre

et en prenant soin d’elle,

en cherchant à comprendre ses mystères et ses énergies

et en usant de ces énergies de manière

à contribuer au bien de tous ses enfants.

 

Nous croyons que l’Esprit de Dieu nous conduira pour que nous trouvions

un style de vie modeste, désintéressé, miséricordieux,

afin que les générations à venir héritent en paix de la terre

et qu’à leur tour, elles vivent en sorte que,

avec l’aide de ses dons, toutes les  créatures

aient part à la justice. Amen.

 

Cantique – je crois et j’espère

 

Prière d’intercessions – Notre Père

La biodiversité que Dieu crée nous inspire à le prier. En communion avec les autres créatures, adressions-lui nos prières.

 

Père, nous prions pour nos frères et soeurs de l’air : les mésanges, les cardinaux, les geais bleus, les hiboux, les corbeaux, les goélands… Fais-nous signe pour diminuer la pollution de l’air que nous respirons. Père créateur, nous te prions.

 

Père, nous prions pour nos frères et soeurs de l’eau : les mollusques, les algues, les saumons, les truites, les grenouilles… Que notre compassion se réveille en voyant leurs blessures pour que nous cessions de polluer l’eau. Père créateur, nous te prions.

 

Père, nous prions pour nos frères et soeurs du sol : les écureuils, les chevreuils, les érables, les arbres, les plantes, les vers de terre et les insectes… Que leur humilité et leur simplicité nous inspirent à vivre selon Ta volonté. Père créateur, nous te prions.

 

Père, nous prions pour les hauts dirigeants, les premiers ministres, les maires et les présidents de compagnie. Qu’ils entendent cet appel de Dieu provenant des autres créatures et prennent des décisions sages. Père créateur, nous te prions.

 

Père, nous prions pour les membres de notre communauté. Nous te demandons le courage de porter des gestes pour nous sauver plutôt que de succomber à la tentation de consommer et de gaspiller. Père, donne-nous le courage d’agir personnellement pour réduire notre pollution. Père créateur, nous te prions.

 

Père créateur qui donne vie à toutes les créatures, inspire nos pensées et nos gestes afin que nous devenions de véritables gardiens de la création. Nous te le demandons par Jésus Christ…Lui qui nous a appris à te dire : Notre Père qui es aux Cieux… Amen.

 

 

Envoi Bénédiction

Nous étions hôtes de Jésus Christ.

Nous avons reçu les beaux dons de Dieu. Maintenant nous allons, fortifiés, à la maison, vers nos voisins, vers notre travail, pour agir selon les paroles et les actes de Jésus, pour être le sel de la terre, pour chercher la justice, pour instaurer la paix, pour sauvegarder la création, et pour préserver la vie. Amen

 

Cantique – Tu es le créateur

 

Verre de l’amitié

 

 

 

Commenter

 
 

Youssef ALLOUCHA |
Hassan al Banna |
école islamique |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Procuresdbate
| Greencoffee
| sac lancel