Pastourelle

une parole parmi tant d'autres, mais une parole quand même

 

Priez sans cesse, oui, mais comment? – 16 octobre 2016 24 janvier 2017

Classé dans : Prédications — pastourelle @ 11 h 56 min

Luc 18, 1-8

Hésychasme… Non, ce n’est pas le nom d’un médicament, ni d’une plante exotique, encore moins d’un meuble Ikea… Savez-vous ce que c’est ? J’avoue qu’avant cette semaine j’ignorais totalement l’existence de ce mot, ou alors l’avait-on abordé en cours de patristique à la faculté, mails il m’était totalement sorti de la tête.

Alors, hésychasme, c’est une pratique spirituelle mystique qui vise à trouver la paix de l’âme, le silice de Dieu afin de se plonger dans la prière et si possible la prière perpétuelle.

C’est une spiritualité des Eglises orthodoxes et principalement dans certains lieux, comme les monastères du Mont Athos. Tout cela en lien avec cette injonction de Jésus: « priez sans cesse ».

Au 7ème siècle, Maxime le Confesseur, un théologien byzantin estime que les Ecritures ne peuvent rien demander d’impossible. Donc, il doit bien y avoir une façon de prier sans cesse.

 

Au cours des siècles, les chrétiens vont faire des expérimentations à ce sujet:

  • au 4ème-5ème siècle, les mesquines vont prendre ce commandement au pied de la lettre et évacuer de leur vie tout ce qui peut empêcher cette préoccupation spirituelle, comme le travail, les relations sociales ou les possessions. Atteignant cette union avec Deiu, ils étaient appelés parfaits.
  • toujours au 5ème siècle, les acémètes qui tentent de concilier plusieurs commandements de Jésus et en particulier le « priez sans cesse » et le « restez éveillés » ne dormaient pas et réalisaient la prière perpétuelle par roulement: des groupes de moines se succédaient pour que jamais ne s’arrête la prière.

 

Nous ne sommes plus aujourd’hui dans ces expériences extrêmes, mais quel est notre rapport à la prière?

Je vous invite à revenir au texte, à cette parabole de la veuve et du juge par laquelle Jésus tente d’imager ce que peut et doit être notre relation à Dieu.

Voici donc une veuve qui se sait lésée et qui veut que justice lui soit rendue. C’est tout à son honneur. Mais manque de chance, le juge de cette ville est tout sauf juste… en fait, on ne sait pas vraiment pourquoi il est juge: qu’il ne craigne pas Dieu est une chose, mais qu’il ne respecte pas les hommes et les femmes pour lesquels il est sensé rendre justice est un comble. Il n’a que faire de cette femme. Alors, il la laisse quémander, jour après jour: son cas ne l’intéresse pas.

 

Pourtant, il va se tourner vers elle, non par altruisme, mais par pur égoïsme: cette femme lui casse la tête et il faut que cela cesse. Alors, il va rendre justice… non pour la justice elle-même, encore moins pour la veuve, mais pour sa propre tranquillité.

Mais peu importent les raisons du verdict pour la veuve: le juge  tranché et lui a donné raison. Sa persévérance a payé.

 

Voila donc la leçon que Jésus veut nous donner: demandez, insistez et vous recevrez car Dieu n’est pas un juge inique, il vaut mieux que ça et répondra à nos demandes, non pas pour être tranquille, mais par amour.

Mais les propos de Jésus sont étonnants: Priez sans cesse, Dieu entendra ceux qui crient jour et nuit vers lui… et il répondra bien vite… Alors, il faudrait savoir: si ses enfants enfants sont obligés de demander de nombreuses fois, c’est bien que la réponse se fait attendre et qu’elle n’arrive pas aussi vite que cela! Mais nous le savons, la temporalité de Dieu n’est pas la nôtre: « pour le Seigneur un jour est comme mille ans et mille ans comme un jour. » (2 Pierre 3, 8).

Et si ce temps d’attente n’était qu’une méthode pédagogique pour nous interroger sur l’urgence, l’importance et peut-être même la légitimité de nos demandes? Et il faut être honnête, lorsque nous demandons, nous avons en tête une seule réponse possible et nous l’attendons… si elle n’arrive pas telle qu’imaginée, nous nous offusquons. Mais nous sommes tellement obnubilés par cette seule et unique réponse que nos œillères nous empêchent de discerner toute autre intervention de Dieu dans nos vies.

 

Ce texte nous dit quelque chose sur la prière qui m’interpelle. Ici Jésus ne présente la prière que sous la forme d’une supplication, d’une plainte, d’une demande. Et d’une certaine manière, nous pouvons comprendre qu’il conditionne notre foi à notre capacité à demander, à nous lamenter. Il avait déjà abordé cette notion quelques chapitres auparavant dans Luc: « Eh bien, moi, je vous dis : Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, qui cherche trouve, et à qui frappe on ouvrira. »

 

Pourtant, depuis que l’on est tout petit, on nous répète: n’oublie pas de dire merci dans tes prières… quelles ne soient pas uniquement des listes de demandes. Oui, on nous l’a répété de ne pas être dans ce que l’on pourrait appeler la prière utilitaire: la bonne note au contrôle, l’arrivée à l’heure du train… Je suis sûre que vous avez tous usé de cette prière un jour ou l’autre… Je vais me confesser car oui, j’utilise encore cette prière utilitaire mais dans un seul domaine, c’est très précis et ciblé: lorsqu’une douleur dentaire apparait, alors là, je retrouve une foi très terre à terre… et je dois avouer que je n’ai jamais été déçue de la réponse de Dieu!

 

Alors, que prier? Il y a les prières formelles, celles que l’on retrouve dans le culte par exemple. Si on reprend l’ordre liturgique, nous avons quasiment toute la panoplie des prières possibles:

  • louange: prière de remerciement
  • confession des péchés: prière de repentance où on se place devant IDeu pour reconnaitre nos erreurs, nos fautes et où on demande à Dieu de nous accorder son pardon.
  • prière d’illumination: avant la lecture de la Bible où nous demandons d’ouvrir notre esprit pour lire cette Parole
  • Confession de foi : qui peut prendre la forme d’une prière de confiance
  • prière d’offrande: où on se place au service de Dieu

Sainte cène

  • préface: temps de remerciement, de louange
  • prière de communion où on demande à Dieu de nous rendre disponible et pleinement présent et de nous permettre de nous souvenir des gestes et des paroles de Jésus
  • prière d’actions de grâce à la fin de la sainte cène : encore une prière de remerciement
  • prière d’intercessions: ouvre les prières aux autres, au monde
  • Notre Père: prière communautaire qui résume un peu toutes les prières que nous pourrions adresser à Dieu.

 

Et on peut ajouter à cette liste les cantiques et les psaumes. Ce ne sont pas des prières au sens habituel, pourtant, 2 personnages du christianisme ont insisté sur leur importance en affirmant: que « chanter c’est prier 2 fois ». Il s’agit de Saint Augustin et de Luther.

 

Il y a donc ces prières formelles qui sont présentes durant le culte mais également dans notre vie spirituelle personnelle. Et il y a ces prières totalement informelles qui ne se terminent pas forcement par un Amen mais qui sont ces temps, ces événements, ces paroles qui se vivent dans la présence consciente de Dieu. Et cela rejoint l’injonction de Jésus à prier sans cesse.

On se dit que c’est impossible car on imagine mal notre vie à genoux, les mains jointes enchainant Notre Père sur Notre Père.

 

Mais si on envisage la prière comme relation et que nous sommes conscients de cette présence perpétuelle, je crois que nous sommes dans ce priez sans cesse. J’ai envie de vous laisser une parabole, après tout, Jésus n’en a pas le monopole!

La prière est comme une connexion wifi elle est là, toujours présente, toujours effective même si on ne la voit pas, même si on ne comprend pas vraiment comment tout cela fonctionne. Parfois, nous voulons nous faire plus formels et nous allumons l’ordinateur, nous matérialisons la connexion par le petit logo du wifi là haut dans la barre des taches et alors, nous formalisons notre demande, notre remerciement, notre interrogation.

Oui, la prière est comme le wifi, non, en fait, la prière est bien mieux que le wifi car elle, ne propage pas d’ondes potentiellement nocives! Amen.

 

Commenter

 
 

Youssef ALLOUCHA |
Hassan al Banna |
école islamique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Procuresdbate
| Greencoffee
| sac lancel