Pastourelle

une parole parmi tant d'autres, mais une parole quand même

 

Pentecôte, jour de folie – 15 mai 2016 20 septembre 2016

Classé dans : Prédications — pastourelle @ 12 h 05 min

Actes 2, 1-21; Jean 14, 15-26

J’aime beaucoup ce passage des Actes qui nous raconte cette journée de Pentecôte… il y souffle comme un vent de folie. La scène qui nous est présentée est surréaliste, d’ailleurs, les spectateurs n’y comprennent pas grand chose et chacun y va de son interprétation… et il faudra que Pierre fasse un long discours pour que la foule comprenne… et croie… car passées les 1ères interrogations, ils seront tout de même 3000 à se convertir ce jour-là.

 

Mais revenons à cette scène que je vais tenter de vous resituer.

Les disciples, de nouveau 12 puisque Judas a été remplacé par Matthias après tirage au sort, ont pris l’habitude de se retrouver dans une chambre haute, une chambre à l’étage d’une maison qui n’est autre qu’une terrasse aménagée sur le toit d’une habitation. De l’extérieur, on peut donc les entendre (en tendant l’oreille), mais pas les voir.  (more…)

 

 

Superflu ou nécessaire ? – pasteur du dimanche 8 novembre 2015 16 février 2016

Classé dans : vidéos — pastourelle @ 11 h 30 min

peut-on mettre la générosité en compétition? réponse dans Marc 12!

Image de prévisualisation YouTube
 

 

les cousins éloignés – baptême – 3 mars 2013 2 avril 2013

Classé dans : Prédications — pastourelle @ 11 h 31 min

1 Corinthiens 12, 12-13 ; Matthieu 22, 35-40

Vous savez, on a l’habitude de dire que le protestantisme est comme un grand plat de spaghettis : on en tire un et tous les autres viennent avec. Une façon de caricaturer un peu les lignées familiales de pasteurs, les familles engagées dans l’Eglise depuis la Réforme. Bien sûr, aujourd’hui, avec les couples mixtes, les nouveaux convertis, les spaghettis se sont transformés en vermicelles et dans sa famille on est parfois l’électron libre protestant.

Le protestantisme est donc comparable à un plat de pâte (pas de lasagne !!!), mais l’Eglise au sens large est quant à elle une grande famille. Et dans une famille, tous les sentiments s’entremêlent : il y a la tante Berthe qui n’est pas ‘fut fut’ mais qu’on aime bien quand même, il y a le cousin Philibert qu’on préférerait voir moins souvent, sans parler de l’oncle Arthur et de l’oncle Gérard qui passent leur temps à se disputer. Mais c’est la famille, c’est notre famille, tout n’est pas parfait, on le sait, on essaie de ne pas trop idéaliser pour ne pas être déçu. Et il y a les cousins éloignés qu’on apprécie beaucoup, mais qu’on ne voit que trop rarement. (more…)

 

 
 

Youssef ALLOUCHA |
Hassan al Banna |
école islamique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Procuresdbate
| Greencoffee
| sac lancel