Pastourelle

une parole parmi tant d'autres, mais une parole quand même

 

Un vrai miracle! – 30 mars 2014 30 avril 2014

Classé dans : Prédications — pastourelle @ 11 h 16 min

Jean 9, 1-12

Vous savez comme parfois nous sommes marqués par certains faits divers. Je me souviens, il y a quelques années d’un fait divers qui tournait en boucle aux informations : un petit garçon était tombé du 7ème étage d’un immeuble parisien, il avait rebondi sur le store d’un bar avant d’être rattrapé au vol par un passant : un véritable miracle, car le bar était fermé, et le store aurait dû être replié, mais la manivelle s’était bloquée le jour même et puis cet homme, ce passant : il aurait pu passer une minute avant ou après, mais non, il était là à la seconde cruciale.

Les mots des témoins et des journalistes étaient sans équivoque : l’enfant était un vrai miraculé, un vrai miracle, un évènement miraculeux !

Il y a un mois, j’ai eu un accident de voiture, sans conséquence pour moi, un peu plus pour la voiture et les gendarmes m’ont dit qu’à cet endroit là, c’était un véritable miracle de m’en sortir s’en rien… Je ne leur ai pas dit le contraire ! (more…)

 

 

Aumonerie synodale – les 5 sens – l’ouie (Magali Girard) 9 décembre 2013

Classé dans : Prédications — pastourelle @ 18 h 34 min

Introduction Dans la confession de foi chrétienne, Christ est désigné comme la Parole vivante de Dieu. Que le son de la Parole puisse être vivant, voilà qui devrait nous plonger dans des abîmes de réflexion. Pourtant, c’est une donnée que nous acceptons volontiers. Car une Parole vivante c’est une parole qui entre dans notre vie, qui ne peut pas être limitée à l’écrit ou à la voix. L’onde du son de cette parole vient donner vie à la surface parfois immobile de nos jours dans laquelle la Création et toutes les créatures ne faisait que se refléter. Le son de cette Parole met du mouvement dans les vies trop figées, fait rentrer le monde dans les univers confinés…Bref, la Parole de Dieu  vient rider notre quotidien aussi lisse que la surface d’un lac endormi et nous ouvre ainsi à ce qui nous entoure. Mettons-nous à son écoute …. (more…)

 

 

Aumonerie synodale – les 5 sens – le gout

Classé dans : Prédications — pastourelle @ 18 h 29 min

Introduction

Nous avons touché, nous avons entendu, nous avons fait travailler notre nez. Ce soir, je vous invite à gouter, à vous délecter. Et comme vous savez qu’avant de nous mettre à table, nous rendons grâce à Dieu pour ses dons, alors, je vous invite à vous lever pour prendre le cantique

Chant : 51-06 – Dieu est bon

 

Jésus est finalement souvent à table dans les Evangiles, nous avions donc le choix, mais c’est sur le texte des noces de Cana que nous nous sommes arrêtés, un texte que nous connaissons bien. (more…)

 

 

Aumônerie synodale – les 5 sens – le toucher

Classé dans : Prédications — pastourelle @ 18 h 27 min

Salutation

Bienvenue à toutes et à tous, à ceux qui viennent de loin, ceux qui viennent de près, ceux qui sont là depuis hier, ceux qui sont arrivés juste à temps, ceux qui n’ont rien préparé, ceux qui connaissent tous les documents par cœur, qui ont annoté et préparé des vœux, bienvenue aux nouveaux, aux anciens et aux invités.

Introduction

Vous le savez, le dossier central de ce synode aborde la fin de vie. Les rapporteurs nous ont rendu le sujet intéressant, attrayant, nous ont permis de lancer le débat dans nos paroisses grâce à des animations adaptées. (more…)

 

 

Rendre gloire – 13 octobre 2013

Classé dans : Prédications — pastourelle @ 13 h 40 min

2 Rois 5, 14-17; Luc 17, 11-19

Nous voici ce matin en présence de deux textes fort similaires : l’un de l’Ancien Testament, l’autre du Nouveau Testament, deux personnages, deux malades, deux lépreux, deux exclus, deux miracles, deux guérisons et enfin deux étrangers qui se rendent compte de la grandeur du Seigneur : tout un programme.

Je vous invite à revenir au tout début, à l’origine de ces deux histoires : la lèpre. Sans cette maladie, pas de miracle, pas de conversion, pas de confession de foi.

La lèpre : tout le monde connaît cette maladie qui attaque la peau et donc l’aspect visible de la personne. Pour les juifs, la lèpre est assimilée au péché et les conséquences en sont catastrophiques, tant au point de vue physique que social. Cette maladie rend impur, le juif atteint de la lèpre est amené à couper tout lien avec le sanctuaire et avec le peuple de Dieu. Le lépreux est mis à part, il est exclu de la société. La lèpre entraîne la mort civile et sociale de la personne qu’elle atteint. Le lépreux atteint sans son corps, dans sa chaire doit en plus porter des habits déchirés, en signe de deuil et doit crier ‘impur, impur’ pour annoncer son arrivée et tenir les gens loin de lui, pour éviter la contagion. (more…)

 

 

En toute humilité – 1er septembre 2013

Classé dans : Prédications — pastourelle @ 13 h 23 min

Proverbes 4, 1-9; Luc 14, 1-14

Et voila Jésus qui pour la 3ème fois dans cet Evangile, se permet de semer le trouble un jour de Shabbat. A priori, nous ne sommes pas un midi, mais le vendredi midi car Jésus est invité chez un pharisien et pas n’importe quel pharisien : leur chef !, et les pharisiens avaient l’habitude de se retrouver le soir, en début de shabbat, autour d’un repas. C’était une occasion pour eux de discuter, de débattre sur des sujets religieux. Et ce soir-là, ils vont avoir l’occasion de débattre !

C’est un hydropique qui va mettre le feu aux poudres… un hydropique… j’avoue, j’ai regardé dans le dictionnaire pour savoir ce que cela pouvait bien être : « personne malade d’hydropisie »… ça nous avance ! En fait, l’hydropisie est synonyme d’œdèmes (sans rentrer dans les détails techniques !)

Jésus va donc guérir l’homme et cette guérison va tout simplement couper le sifflet aux pharisiens : ils ne savent plus quoi dire ! Jésus les a pris à leur propre illogisme légaliste (more…)

 

 

Le pain du partage – 2 juin 2013 29 juin 2013

Classé dans : Prédications — pastourelle @ 22 h 00 min

Genèse 14, 18-20; 1 Corinthiens 11, 23-26; Luc 9, 10-17

Comme vous avez pu le remarquer, dans les textes du jour, il est question de pain !

Voyez Melki Tsedeq, le roi de Salem, ce prêtre du Très Haut qui apporte l’offrande du pain et du vin. On ne sait rien de plus sur ce personnage des plus énigmatiques. Mais peut-être n’est-il qu’un symbole : Melki Tsedeq = roi de justice ; roi de Salem = la paix ; le pain et le vin = offrandes hautement symboliques.

 

Et il y a l’institution de la cène reprise par Paul dans sa 1ère lettre aux Corinthiens. D’ailleurs, pourquoi Paul reprend-il les propos de Jésus ? Et bien à cause d’une division, ou plus exactement à cause d’un comportement inadmissible. Certains chrétiens participent à la cène comme s’ils participaient à une orgie : buvant jusqu’à l’ivresse, s’empiffrant jusqu’à l’indigestion. Un comportement indigne, irrespectueux : honteux ! Paul cherche donc à mettre les choses au clair en rappelant l’institution du repas : prendre ce repas indignement c’est se rendre coupable envers le corps et le sang du Christ. L’auto discernement est la réponse apportée par Paul : que chacun se juge soi-même. (more…)

 

12
 
 

Youssef ALLOUCHA |
Hassan al Banna |
école islamique |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Procuresdbate
| Greencoffee
| sac lancel